FG Sophrologie, sophrologie à Lyon

Manger : entre plaisir et besoin physiologique

Troubles du comportement alimentaire

"Le créateur, en obligeant l'homme à manger pour vivre, l'y invite par appétit et l'en récompense par le plaisir"

Cette belle phrase du gastronome Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826), nous éclaire avec agilité sur la façon dont est géré, par notre cerveau, le fait de nous alimenter.

En effet, le fait de manger remplit deux fonctions qui activent deux circuits différents dans notre cerveau :

  1. Un besoin énergétique : ce premier circuit a pour fonction de gérer nos besoins en énergie du corps. La régulation de la faim se fait grâce à un réseau de communication inter-organes. Sur le schéma ci-dessous nous pouvons nous apercevoir que l'hypothalamus, dans lequel nous trouvons des neurones oréxygènes (qui suscite la faim) et anoréxygènes (effet coupe-faim), et le tronc cérébral sont en communication avec notre intestin, notre estomac, notre pancréas et nos tissus adipeux. Cette communication est réalisée en partie par des messagers, que l'on appelle : hormones. 
  2. Le plaisir : ce second circuit a pour fonction de nous donner du plaisir lorsque l'on mange et gère donc nos envies de consommer ou non des aliments. Ce circuit est en, majeure partie, lien avec nos émotions négatives ou positives (stress, heureux de se retrouver en bonne compagnie,...) et nous pousse parfois à manger réel besoin physiologique. Dans ce second circuit c'est le système de récompense de notre cerveau qui est mis en jeu => l'aire tegmentale ventrale (ATV) reçoit des informations de différentes parties du cerveau et active, en particulier dans le plaisir de manger, le noyau accumbens qui va délivrer la dopamine (Neurotransmetteur du plaisir et de la motivation). Vous comprenez mieux pourquoi parfois nous mangeons pour aller mieux, ou nous réconforter ? Nos émotions ont une influence sur nos décisions de manger ou non. La sophrologie peut donc être très bénéfique pour les personnes qui mangent sans réelle faim ou besoin physiologique car il y a souvent une émotion cachée derrière, consciente ou non consciente.

 

Voici un schéma récapitulatif de ces deux circuits qui sont activés lorsque nous mangeons :

 

Nous avons vu dans cet article, que l'émetteur principal qui, dirige nos prises de décisions, de manger ou pas était : l'intestin. 

Mais selon certaines études et scientifiques, le microbiote intestinal (ou flore intestinale) aurait également un rôle important à ne pas négliger car il est en lien avec tous les autres organes.

Nous verrons dans un autre article, en quoi notre microbiote intestinal peut avoir une influence sur notre façon de manger et quel impact a-t-il sur notre métabolisme.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib